Un BLOB accueilli au parc zoologique de Paris !

Où ? Parc zoologique de Paris, avenue Daumesnil, 12ème arrondissement

Dès le samedi 19 octobre 2019, le Parc zoologique de Paris va accueillir un BLOB dans une salle créée rien que pour lui !

Site du Parc zoologique : cliquez ici

Fiche d’identité :

Nom scientifique : Physarum polycephalum

Surnom : Blob (en référence au titre d’un film d’épouvante)

Dangerosité : aucune

Milieu naturel : forêts et bois humides et sombres

Ni animal, ni végétal, ni champignon, le BLOB est actuellement classé parmi les espèces de Myxomycètes (myxo=gluant / myc=champignon).

Cet organisme unicellulaire de couleur jaune proche des amibes se déplace plus lentement qu’un escargot et peut contourner ou mémoriser les obstacles ; il se nourrit de champignons et, en captivité, de flocons d’avoine ; il peut atteindre jusqu’à 10 m² ; il possède des capacités de résistance impressionnantes et un cycle de développement presque infini…

Bref un être vivant hors norme à découvrir !

Publicités

Le dénicheur d’oursons

Où ? Jardin des Plantes/Muséum national d’Histoire naturelle (à droite quand on regarde l’entrée des Grandes Serres), 5ème arrondissement

Informations

Cette sculpture en bronze représente le combat sans merci entre un ours blessé et un chasseur en mauvaise posture.

Réalisée par Emmanuel Frémiet (1824-1910) et intitulée « Dénicheur d’oursons », cette oeuvre a été installée dans le Jardin des Plantes en 1886.

Réalisme, mouvement, dramaturgie, tous les ingrédients sont là pour attirer le regard du spectateur.

Bien que réalisée il y a plus d’un siècle dans un contexte très différent, il est étonnant de voir comment cette sculpture peut encore parler à l’observateur d’aujourd’hui. Elle peut par exemple permettre de s’interroger sur le rapport entre l’Homme à la Nature sauvage, de parler de la préservation de la biodiversité ou encore d’évoquer les tensions liées à l’ours dans les Pyrénées.

Lors d’une sortie avec des enfants au Jardin des Plantes, un petit arrêt devant cette oeuvre pourra enclencher une bonne réflexion.

Quels sont les personnages en présence ? Que font-ils ? Quelle histoire raconte la sculpture ? On voit un homme et un ours qui se combattent. La présence de l’ourson qui pend sans vie au bout d’une cordelette accrochée à la ceinture du chasseur permet de supposer qu’il s’agit d’une ourse attaquant l’homme qui a tué son petit.

Quelle sera l’issue probable de la lutte ?  L’issue du combat est à peu près certaine : le chasseur lacéré par les griffes et bientôt mordu au cou n’en réchappera pas, pas plus que l’ourse, poignardée à la gorge, ne survivra.

Peut-on se mettre dans la peau de l’ourse ?  Eprouve-t-on de l’empathie pour cette mère ? Comprend-on ce qui s’est passé dans sa tête ? Devine-t-on l’origine de sa rage ? Admire-t-on son courage désespéré ? Que pense-t-on du « dénicheur » ?

Qu’est-ce que cette sculpture peut symboliser aujourd’hui ? A l’heure où l’Homme du XXIème siècle est tenu de s’interroger sur son rapport au monde sauvage, cette sculpture pourrait vouloir dire que si l’homme continue à agresser la nature sauvage, non seulement il la fera disparaître mais il périra avec elle. Cette interprétation n’était probablement pas celle des contemporains d’Emmanuel Frémiet, sculpteur du XIXème siècle, mais elle colle pas mal avec le message de préservation de la biodiversité que le Muséum national d’Histoire naturelle met désormais en avant.

 

Louis-Antoine de Bougainville par C215

Où ? Armoires techniques, quelque part atour du Panthéon (5ème arrondissement).

Intitulé de la série : ILLUSTRES ! C215 AUTOUR DU PANTHEON

Voir d’autres oeuvres de C215 : cliquez ici

Voici le portrait de Louis-Antoine de Bougainville qui a dû inspiré C215. Il a été réalisé par le peintre français Jean-Pierre Franque qui fut, un temps, l’assistant de Jacques-Louis David.

———————————

Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811) : officier de marine, navigateur et explorateur.

Il naquit à Paris et mourut dans cette même ville à l’âge de 81 ans.

A sa mort, il fut inhumé au Panthéon sous Napoléon Bonaparte.

Par contre son coeur se trouve dans le caveau familial situé dans le cimetière du Calvaire sur la butte Montmartre (18ème arrondissement).

———————————

Entre 1766 et 1769, à bord de la frégate (trois-mâts) « La Boudeuse », il fut le premier navigateur français à accomplir le tour du monde pour le compte du roi Louis XV. En Amérique, son bateau fut rejoint par la flûte (bateau trois-mâts néerlandais) « L’Etoile ».

Bien entendu, il ne voyageait pas en solitaire ! En plus des marins, de nombreux scientifiques l’accompagnaient. De telles expéditions permettaient de faire progresser la connaissance que l’on avait du monde (géographie, botanique, zoologie, astronomie, ethnologie…).

******

Anecdote

Le botaniste Philibert Commerson qui faisait partie de son expédition fut le premier à décrire une certaine plante grimpante et colorée récoltée au Brésil. Et pour rendre hommage à Bougainville, il nomma le genre « Buginvillaea » (« Bougainvillier » en français).

Notons au passage que l’aspect coloré de cette plante n’est pas dû aux fleurs (qui sont blanches) mais aux bractées (feuilles qui accompagnent la fleur). Ces dernières peuvent avoir d’autres couleurs que celle de la photo.

******

Bougainville publia, entre autres, « Le voyage autour du monde » (que je n’ai pas lu) qui est en quelque sorte son carnet de bord.

En réaction à cet ouvrage, Denis Diderot écrivit « Supplément au Voyage de Bougainville » (pas lu non plus) paru à titre posthume et dans lequel il présente ses réflexions sur la Morale.

Diderot résuma ainsi le voyage de Bougainville : « Nourri de l’esprit de l’Encyclopédie, il est parti avec les lumières nécessaires et les qualités propres à ses vues : de la philosophie, du courage, de la véracité ; d’un coup d’œil prompt qui saisit les choses et abrège le temps des observations ; de la circonspection, de la patience ; le désir de voir, de s’éclairer et d’instruire ; la science du calcul, des mécaniques, de la géométrie et de l’astronomie, et une teinture suffisante d’histoire naturelle ». On remarquera au début de ce petit éloge que Diderot n’omet pas de se jeter quelques fleurs en laissant entendre que c’est son travail (l’Encyclopédie) qui animait Bougainville quand il décida de partir à la découverte du monde…

Voir Denis Diderot par C215.

 

 

 

Pierre Curie par C215

Où ? Sur une boîte aux lettres à l’entrée du Campus Curie (5ème arrondissement).

Intitulé de la série : ILLUSTRES ! C215 AUTOUR DU PANTHEON

Voir d’autres oeuvres de C215 : cliquez ici

Deux pochoirs réalisés sur la face avant et un côté de la boîte aux lettres.

La présence d’autres tags rappellent le côté éphémère de l’art de rue. En souhaitant tout de même que les oeuvres de C215 dureront le plus longtemps possible !

Le pochoir de la face avant a été réalisé à partir d’une photo prise en 1906 représentant Pierre Curie la main sur la joue. Elle est conservée dans les archives de l’association Curie et Joliot-Curie à Paris.

———————————

Pierre Curie (1859-1906) : physicien français.

Il naquit et mourut à Paris renversé par une voiture à cheval à l’âge de 46 ans.

Il fut d’abord enterré au cimetière de Sceaux et c’est en 1995, peu avant la fin du second septennat de François Mitterrand, que sa sépulture fut transférée au Panthéon en même temps que celle de son épouse, Marie Curie.

———————————

Ses découvertes ont porté notamment sur le magnétisme, la piézoélectricité et la radioactivité.

Avec sa femme Marie Curie (née Maria Skłodowska), ils reçurent tous deux une moitié de Prix Nobel pour leurs découvertes sur la radioactivité, l’autre moitié ayant étant attribuée à Henri Becquerel, découvreur des radiations.

———————————

Je ferai l’article avec l’image de Marie Curie par C215 dès que j’ai la photo…

 

 

Formula Bula, festival international de la BD

Où ? Dans plusieurs lieux parisiens (et en Seine-Saint-Denis)

Cette année, c’est la 7ème édition.

Ce festival aura lieu du 24 au 29 septembre 2019.

Infos « médiathèque Françoise Sagan » (Paris, 10ème) sur le vernissage de l’expo « Hors-la-loi » : En raison d’un mouvement social prévu mardi 24 septembre, le vernissage de l’exposition aura lieu jeudi 26 septembre à 20h.

Voir le site de Formula Bula : cliquez ici

Voir le programme complet : cliquez pour voir le PDF

Emile Zola par C215

Où ? Armoires techniques, quelque part atour du Panthéon (5ème arrondissement).

Intitulé de la série : ILLUSTRES ! C215 AUTOUR DU PANTHEON

Voir d’autres oeuvres de C215 : cliquez ici

Pour ce magnifique travail, l’artiste C215 s’est inspiré de la photo dite « autoportrait au béret ». Ce qui nous rappelle que, dans les huit dernières années de sa vie, Zola s’était passionné pour la photographie et qu’il a laissé des milliers de clichés.

Sur l’armoire de gauche est inscrite une citation extraite de son roman « Germinal ». Et ce n’est pas n’importe quelle phrase puisque c’est sur ces mots que s’achève le roman et que le sens du titre se dévoile aux lecteurs. Quelle métaphore, quel style, quelle puissance d’évocation !

Ce passage vient juste après le paragraphe ci-dessous où l’explosion du printemps et la naissance d’une conscience de classe se confondent en une force vitale et inexorable.

« Du flanc nourricier jaillissait la vie, les bourgeons crevaient en feuilles vertes, les champs tressaillaient de la poussée des herbes. De toutes parts, des graines se gonflaient, s’allongeaient, gerçaient la plaine, travaillées d’un besoin de chaleur et de lumière. Un débordement de sève coulait avec des voix chuchotantes, le bruit des germes s’épandait en un grand baiser. Encore, encore, de plus en plus distinctement, comme s’ils se fussent rapprochés du sol, les camarades tapaient. Aux rayons enflammés de l’astre, par cette matinée de jeunesse, c’était de cette rumeur que la campagne était grosse. »

Cette thématique du printemps associé à la révolte du peuple se retrouve dans des expressions comme « printemps des peuples » (1848), « printemps de Prague » (1968), « printemps arabe » (2010). On retrouve aussi cette même allusion dans la phrase « La Commune refleurira » qui sort de la chanson « Société tu m’auras pas » écrite par le chanteur Renaud (1975).

———————————

Emile Zola (1840-1902) : écrivain et journaliste français.

Il est né à Paris et y est mort à l’âge de 62 ans.

D’abord inhumé au cimetière Montmartre (18ème arrondissement), c’est en 1908, sous la présidence d’Armand Fallières, que ses cendres furent transférées au Panthéon.

———————————

Emile Zola est très connu grâce à ses nombreux romans notamment ceux appartenant au cycle des Rougon-Macquart tels que L’assommoir, Nana, La bête humaine, Le ventre de Paris, Germinal… relatant « l’Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire ».

Il a également marqué l’histoire politique et journalistique de son temps par son article « J’accuse » (1898) qui sonna le véritable début de L’Affaire Dreyfus, affaire qui déchaîna les passions et les haines pendant de longues années avec, en toile de fond, l’anti-sémitisme de tout un pan de la société française. L’engagement infaillible de Zola permit finalement la révision du procès et l’acquittement du capitaine Alfred Dreyfus qui avait été condamné au bagne à vie pour haute trahison et ce, à la place du véritable traître.

A noter, qu’Alfred Dreyfus, menacé de mort, ne put se rendre à la cérémonie de panthéonisation de celui qui eut le courage de prendre des risques personnels pour le défendre et pour faire éclater la vérité.

———————————

 

 

 

Denis Diderot par C215

Où ? Quelque part autour du Panthéon (5ème arrondissement).

Intitulé de la série : ILLUSTRES ! C215 AUTOUR DU PANTHEON

Voir d’autres oeuvres de C215 : cliquez ici

Comme à travers toutes ses autres réalisations, C215 nous donne l’occasion, au détour des rues, de repenser à certaines grandes personnalités qui ont marqué notre histoire (les fameux grands hommes et femmes du Panthéon) et nous donne envie de (re)découvrir leurs oeuvres.

Sauf erreur de ma part, ce pochoir a été élaboré d’après un portrait de Diderot réalisé par le peintre français Louis-Michel van Loo (1707-1771) conservé au musée du Louvre. Pourtant, Diderot avait trouvé à redire à ce tableau qui, d’après lui, le représentait dans « la position d’un secrétaire d’Etat et non d’un philosophe ». Peut-être Diderot aurait-il préféré une représentation un peu moins légère et plus romantique évoquant la profondeur d’un homme en train de penser plutôt que celle d’un homme en train de se mettre à jour de son courrier ? Toujours est-il que ce tableau très réussi est devenu célèbre.

Portrait de Diderot par Van Loo

Les bruns rouges utilisés par C215 dans ce pochoir ont peut-être été choisis en référence à la seule trace de couleur rouge foncé présente dans le tableau au niveau de l’encrier. En tout cas les teintes du pochoir donnent au visage quelque chose de révolutionnaire…

———————-

Denis Diderot (1713-1784) : écrivain, philosophe, érudit…

Né à Langres (Haute-Marne), il fit une partie de ses études au Lycée Louis-le-Grand à Paris, ville où il mourut à 70 ans. Il fut enterré dans l’église Saint-Roch à Paris mais il semble que ses restes aient été dispersés à la Révolution.

Si en 1910 l’entrée de Diderot au Panthéon ne fut pas validée par la majorité des députés, il y eut un rattrapage en 1913, à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, avec l’installation au Panthéon d’un monument dédié « À Diderot et aux Encyclopédistes ».

———————-

Diderot fut, entre autres, l’auteur de romans comme La Religieuse, de pièces de théâtre comme Est-il bon ? Est-il méchant ?, de livres philosophiques comme les Pensées philosophiques et dirigea, avec d’Alembert, la rédaction de L’encyclopédie, sorte de grand dictionnaire qui visait à rassembler et à synthétiser l’ensemble des connaissances scientifiques, technologiques et culturelles de l’époque afin de les transmettre à la postérité et ainsi de participer au progrès de l’humanité.

Comme beaucoup de penseurs humanistes des Lumières, Diderot a évolué dans un premier temps du catholicisme vers le déisme. Par la suite, il s’orientera plutôt vers le matérialisme et l’athéisme. Comme l’abbé Grégoire (voir le pochoir de C215), il fut aussi un ardent combattant de la colonisation et de l’esclavage.