L’ancien lit de la Bièvre

Où ? Boulevard de l’Hôpital – 5 ème arrondissement

La Bièvre est une rivière qui prend sa source dans les Yvelines à Guyancourt.

Cheminant à travers plusieurs départements d’Île-de-France, elle finissait son parcours en traversant Paris via le 13ème arrondissement avant d’aller se jeter dans la Seine au niveau du quai d’Austerlitz dans le 5ème arrondissement.

Surexploitée dès le Moyen-âge, elle était devenue au fil du temps le déversoir des résidus et déchets des tanneries, des teintureries, des blanchisseries, des moulins… La manufacture des Gobelins (17ème siècle) utilisait également les eaux de la rivière.

C’est sous le baron Haussmann (Second Empire) qu’elle fut enterrée puis détournée vers les égoûts pour cause d’assainissement de la capitale.

Au milieu du trottoir du Boulevard de l’Hôpital (celui de droite en allant dans le sens La Salpêtrière > Gare d’Austerlitz), est fixé ce médaillon signalant que la rivière pendant de longs siècles passait par là.

Héloïse et Abelard, à la vie, à la mort

Où ? Père Lachaise – 20 ème arrondissement

Héloïse – jeune étudiante et future femme de lettres – et Abelard – théologien admiré et père de la scolastique – se sont rencontrés sur l’Île de la Cité. [La cathédrale Notre-Dame de Paris n’existait pas encore, sa construction ayant débuté en 1163].

En 1113, Pierre Abélard devint le professeur particulier d’Héloïse mais, très vite, les études théologiques passèrent au second plan… et leur relation devint passionnelle, charnelle, violente, spirituelle.

Mariage secret, enfant, enlèvement, écrits remettant en question certains dogmes de l’église… le scandale moral et religieux fut énorme et Pierre Abélard s’attira les foudres notamment de l’oncle d’Héloïse, le chanoine Fulbert, qui, une nuit, envoya deux hommes de main pour – ô horreur ! – le faire émasculer.

Dès lors, la vie des deux amants fut brisée. Héloïse, par amour, prit le voile et devint abbesse. Abélard, rétabli tant bien que mal, ne put plus professer. Il continua à écrire jusqu’à ce que Bernard de Clairvaux attaque une nouvelle fois ses ouvrages et parvienne à le faire bannir définitivement de l’église (interdiction de parler de Dieu et d’écrire, interdiction d’entrer dans les églises, les monastères).

Malgré tout, Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, le recueillit et c’est dans cette abbaye qu’Abélard mourut en 1142.

Mais l’histoire des deux plus célèbres amants du monde ne s’arrête pas là.

L’abbé de Cluny fit – ô sacrilège ! – exhumer le corps d’Abélard pour le faire transporter jusqu’à l’abbaye d’Héloïse pourtant interdite aux hommes.

Lorsque celle-ci mourut en 1164, son corps fut placé avec celui de son amant qui – ô miracle – ouvrit les bras…

Leur cercueil fut ensuite transféré dans plusieurs endroits et c’est le 16 juin 1817 qu’il arriva au Père Lachaise.

Leurs deux gisants en prière rappellent cette histoire d’amour tragique et romanesque qui traversa le temps pour les siècles des siècles.

A lire : « Héloïse, ouille ! » de Jean Teulé. Cru et documenté, ce roman est un des meilleurs de l’auteur avec « Je, François Villon ».

« Play me I’m yours Paris » fête la musique

Où ? Jardin d’Acclimatation – 16 ème arrondissement

« Play me I’m yours Paris 2017 » (Joue-moi je suis à toi Paris) est un festival où se mêlent arts graphiques, musique et nature pour le plus grand plaisir de toutes et tous, grands ou petits.

C’est la 6ème édition.

Depuis quelques semaines et jusqu’au 21 juin 2017, jour de la fête de la musique, 20 pianos personnalisés par 5 artistes plasticiens internationaux sont à découvrir et à essayer dans le Jardin d’Acclimatation.

Chacun peut à sa guise s’asseoir et jouer.

Le 21 juin, jour de l’été et de la fête de la musique, un événement spécial sera proposé.

Ensuite les pianos seront dispatchés dans différents endroits de la capitale. A suivre…

Ouverture des grilles du Jardin

• Du lundi au vendredi, de 10h00 à 18h00
• Samedi, dimanche, vacances scolaires et jours fériés de 10h00 à 20h00

Accès aux caisses et attractions

• Du lundi au vendredi, de 10h00 à 17h00 pour les caisses et de 10h00 à 17h30 pour les attractions.
• Samedi, dimanche, jours fériés et vacances scolaires de 10h00 à 19h00 pour les caisses et de 10h00 à 19h30 pour les attractions.

Renseignement : 01 40 67 90 85

Site internet du Jardin

>>> Cliquez ici

Jardin du Luxembourg : Charles Baudelaire

Où ? Jardin du Luxembourg – 6ème arrondissement

Ce buste en pierre de Charles Baudelaire (1821-1867), vous le trouverez en entrant dans le Luco par la rue Auguste Comte et en suivant le chemin vers la gauche.

Il se situe grosso modo en face du Lycée Montaigne que l’on aperçoit à travers la grille.

baudelaire_luxembourg1_6e

baudelaire_luxembourg3_6e

Sur le piédestal est apposée une plaque où est gravé un passage – la dernière strophe – du poème « Les Phares ».

Ce poème se situe dans les premiers textes des Fleurs du Mal.

Baudelaire y évoque des artistes (Rubens, De Vinci, Michel-Ange, Rembrandt, Puget, Watteau, Weber et bien sûr Delacroix) qui, par leur génie (sculpture, peinture, musique) ont tous tenté chacun en son temps d’approcher la beauté éternelle et par cette quête infinie et tourmentée du divin ont, ainsi que des phares, éclairé leur époque.

On remarque dans ce texte que Baudelaire ne cite aucun écrivain. Trop modeste Baudelaire ? Probablement pas ! Par ce poème, il devient d’emblée celui qui par sa plume – trempée dans le vif du génie – va poursuivre la quête d’absolu de ses illustres aînés.

Cette statue rend hommage à ce poète important qui, enfant, se promenait avec sa mère dans le jardin du Luxembourg.

baudelaire_luxembourg2_6e

 

Le Luco et son palais

Où ? Jardin du Luxembourg – 6ème arrondissement

« Luco » est le surnom du Jardin du Luxembourg.

Bref historique :

1612 : Marie de Médicis (1575-1642), veuve du roi de France Henri IV et mère de Louis XIII, rachète l’hôtel particulier qui appartenait au duc du Luxembourg.

1615 : Elle le fait restaurer et agrandir par l’architecte Salomon De Brosse (1565-1626) et demande à ce qu’un grand jardin l’accompagne.

XIXème : Des transformations importantes intérieures comme extérieures seront dirigées notamment par Jean-François-Thérèse Chalgrin (1739-1811) l’architecte du néoclassicisme sous l’empire de Napoléon 1er ou encore par Alphonse de Gisors (1796-1866) l’architecte de la Monarchie de Juillet. Les travaux haussmanniens du Second Empire avec le percement ou l’élargissement de rues modifieront également le plan du jardin.

1940-1945 : Sous le régime de Vichy, le palais a servi d’état-major à la Luftwaffe 3 et le jardin de parking.

1958 : Le palais accueille le Sénat de la Vème République. Le Sénat qui a en main la gestion du domaine.

Dans le jardin :

Nombreuses choses à voir comme des fontaines, sculptures, plantes, musée… que « Paris au fil des rues » vous présentera.

Vue sur le palais depuis le jardin

palaisluxembourg_6e

Vue d’en haut : voir article

Cariatides groupées par deux sur le fronton du palais 

palaisluxembourg_6e_2