Paris en citations : Honoré de Balzac

Eugène de Rastignac est un des personnages récurrents de la Comédie humaine de Balzac. Apparu dans le roman La Peau de chagrin, c’est dans Le Père Goriot (rédigé en 1834) qu’il monte à Paris depuis sa province. L’action commence vers 1819 sous Louis XVIII à la fameuse et miteuse pension Vauquer.

Dans ce roman Rastignac montre son attirance pour les fastes de la vie parisienne mais témoigne aussi à l’endroit de Goriot une touchante humanité.

Cependant, en écoutant des personnages comme Vautrin ou en fréquentant des grands de ce monde, Rastignac va au fil de ses expériences prendre conscience du cynisme de la société et laisser de côté ses illusions.

A la fin du roman, après l’enterrement du Père Goriot qui incarne l’amour paternel bafoué, Rastignac monte sur les hauteurs du cimetière du Père Lachaise et embrasse Paris du regard.

C’est de ce point de vue géographiquement dominant qu’il prononce la célèbre phrase ci-dessus, phrase qui résume et symbolise ce qu’il sera plus tard : un homme ambitieux prêt à jouer tous les jeux pour arriver à ses fins et pour dominer Paris socialement.

Né à Tours, Balzac est mort à Paris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s